Gendarme tué entre Bouaflé et Yakro : 8 instituteurs stagiaires arrêtés parmi les 98 arrestations annoncées par le Procureur Adou Richard

Gendarme tué entre Bouaflé et Yakro : 8 instituteurs stagiaires arrêtés parmi les 98 arrestations annoncées par le Procureur Adou Richard

Dans un communiqué rendu public le samedi 21 novembre 2020, le Procureur de la République, Richard Adou, a annoncé avoir mis aux arrêts 98 personnes dans plusieurs villages sur l’axe Bouaflé-Yamoussoukro. Suite à la disparition du gendarme, l’Adjudant Sanogo Seydou, porté disparu le 31 octobre 2020, selon le Procureur.
«Face à ces faits d’une particulière gravité, la Gendarmerie nationale a entrepris de retrouver l’agent disparu. C’est ainsi que les enquêtes menées ont abouti à l’indication d’une sépulture sommaire faite à quinze (15) mètres de la route principale entre les villages d’Abouakouassikro et de Bonzi, à quelques encablures du lieu de l’attaque. Cette sépulture serait celle de l’Adjudant Sanogo Seydou. Le corps découvert a été dirigé sur Abidjan en vue d’une autopsie médico-légale afin de déterminer les causes de la mort », fait savoir le communiqué. Dans l’opération pour retrouver les présumés meurtriers, 98 personnes ont été arrêtées dont 8 instituteurs stagiaires qui sont en stage pédagogique dans le village de Bonzi. «98 personnes ont été interpellées et 44 téléphones portables saisis pour enquête. Les auditions de ces personnes permettront d’identifier les auteurs, les complices et les commanditaires de cette barbarie», a annoncé le communiqué. Les 8 instituteurs stagiaires sont Bakayoko Daouda, Djatchi Gnabro Thierry, Gnarou Cyrille, Koffi Serge Patrick, Touré Yoregnouma Fidèle, Amala Léandre et Soro Kinifou. Ces instituteurs viennent du Cafop de Yamoussoukro, et ont été arrêtés le samedi 21 novembre 2020 à 4 heures, tous dans leur appartement. «Des hommes en cagoule sont arrivés dans un cargo, ils ont cassé les portes et ils ont enlevé 8 stagiaires dans les appartements qu’ils louent. Les plus chanceux, qui ont pu échapper au raid des hommes en cagoule, se sont réfugiés chez le Directeur de l’école de Bonzie », a expliqué un instituteur stagiaire à Bonzi, joint au téléphone.

Chris Odilon

Tags