Libéré et sous contrôle judiciaire, Affi N’guessan dans la course aux législatives

Libéré et sous contrôle judiciaire, Affi N’guessan dans la course aux législatives

Les législatives à Bongouanou verront la participation du président du Front populaire ivoirien (FPI, Affi N’guessan. Quoi qu’il soit libéré par la justice mais sous contrôle judiciaire. Selon un membre de son cabinet, contacté au téléphone, ce mardi 12 janvier 2021, qui cite le conseil des Avocats, Affi peut être candidat à toutes les élections et est éligible parce que bénéficiant de la présomption d’innocence et. «Il n’a pas encore été condamné», fait savoir notre interlocuteur, relayant une explication de l’un des Avocats d’Affi. Pour rappel, Affi N’guessan a été libéré mercredi 30 décembre 2020. Il était détenu à l’école de Gendarmerie, depuis le 7 novembre 2020 et a été présenté au 9ème cabinet à la Cellule spéciale d’enquête, pour 15 chefs d’accusation. Pour son accusation, le 30 octobre 2020, le doyen des juges d’instruction avait été saisi par le Procureur de la République, Richard Adou. En vue de l’ouverture d’une information judiciaire contre Affi et tous ceux qui ont été arrêtés suite à la crise électorale. Au terme des faits au rôle des charges, Affi N’guessan a été poursuivi pour «actes de terrorisme, attentat et complot contre l’autorité de l’État, meurtres, vol et vol en réunion avec violence portant sur du matériel électoral et divers autres bien, destruction volontaire de biens immeubles appartenant à une personne morale de droit public et de biens meubles (matériel électoral, incendie et destruction de véhicules appartenant à autrui, incendie volontaire de moyen de transport public de personnes, de biens immeubles ainsi que de divers autres biens appartenant à autrui, pillage de marchandises et de propriétés immobilières, coups et blessures volontaires, organisation et participation à un mouvement insurrection, organisation et participation à une manifestation non déclarée ou interdite, perturbation de réunions ou d’assemblées, provocation au crime de meurtre, apologie du crime de meurtre, atteinte aux opérations électorales et à l’exercice du droit de vote, publication et divulgation de nouvelles fausses». Au total, ce sont 15 chefs d’accusation retenus. Au terme de son audition, la matérialité des faits n’a pu être démontrée. Aux dernières élections, Affi avait remporté le siège de la circonscription de Bongouanou à l’issue des législatives de décembre 2016 avec 59,7% devant le candidat du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp, pouvoir), Assoumou Méa. Affi se remet dans la course.

Chris Odilon

Tags