Mali : Le dernier rapport trimestriel 2020 de l’ONU fait état de 35 attaques asymétriques contre les FAMa, les forces internationales, la MINUSMA et les groupes armés signataires

Mali : Le dernier rapport trimestriel 2020 de l’ONU fait état de 35 attaques asymétriques contre les FAMa, les forces internationales, la MINUSMA et les groupes armés signataires 

La situation sécuritaire au Mali reste encore très fragile malgré les multiples efforts de l’Etat et de ses partenaires. Les forces armées et de sécurité du Mali, les forces étrangères, les groupes armés signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation, la Minusma sont tous victimes des attaques asymétriques. C’est en tout cas ce qu’a souligné le dernier rapport trimestriel 2020 du secrétaire général des Nations unies sur la situation du Mali.
En effet, selon ce rapport, les Forces de défense et de sécurité maliennes, les forces internationales, la MINUSMA et les groupes armés signataires ont essuyé 35 attaques asymétriques entre le 1er octobre et 1er décembre 2020. 55 % de ces attaques, précise-t-on, se sont produites dans le nord du Mali, dont 14 % dans la région de Kidal, 33 % à Tombouctou et 8 % à Gao. Après le nord, c’est le centre qui a été beaucoup plus touché avec 45% des attaques. «Le centre du Mali a été le théâtre de 45 % des attaques, dont 36 % se sont produites dans la région de Mopti et 9 % dans celle de Ségou, soit une baisse par rapport à la période précédente, au cours de laquelle 30 attaques avaient été enregistrées contre les forces de sécurité et les groupes signataires », précise le rapport. Aussi, selon le rapport du secrétaire général de l’ONU, certaines régions un peu calmes ont enregistré, au cours du dernier trimestre de 2020, des attaques à l’engin explosif improvisé. Il s’agit des régions de Koulikoro et de Sikasso, dans le sud du Mali.
17 attaques contre les FAMa
L’armée malienne a traversé un moment très difficile pendant les trois derniers mois de l’année écoulée. Elle a enregistré plusieurs morts en son sein. Selon le rapport de l’ONU, les Forces de défense et de sécurité maliennes ont été la cible de 17 attaques, au cours desquelles 30 soldats ont été tués et 48 blessés. La plupart de ces pertes en vie humaine a eu lieu dans la région de Mopti. «Les attaques les plus meurtrières ont eu lieu le 13 octobre entre les ponts de Parou et de Songobia, à environ 25 kilomètres et 30 kilomètres respectivement au sud-ouest de la ville de Bandiagara, dans la commune de Bara Sara (cercle de Bandiagara), où trois soldats ont été tués et sept blessés, et le 6 octobre à Birga-Peulh, à 20 kilomètres à l’ouest de la ville de Koro, dans la région de Mopti, où trois soldats ont été tués », mentionne-t-on dans le rapport.
La MINUSMA, pour sa part, a subi 13 attaques selon le rapport du secrétaire général des Nations unies. Ces 13 attaques ont fait un mort et 10 blessés parmi les soldats de la paix.

Boureima Guindo, depuis Bamako

Tags