Katiola : la clinique juridique de Bouaké sensibilise sur les mariages forcés et les grossesses précoces

Katiola : la clinique juridique de Bouaké sensibilise sur les mariages forcés et les grossesses précoces

La clinique juridique de Bouaké, conduite par la juriste-consultante, Reine Kouamé était à de la grande mosquée de Katiola pour sensibiliser sur les mariages forcés, les grossesses précoces et les violations diverses des droits de l’homme..

Selon la représentante de la clinique juridique, les mariages en Côte d’Ivoire se font de façon consentente entre des adulte.

Un consentement qui doit se faire sans aucune contrainte et clairement exprimé. Toute fois que le mariage se fait sous la contrainte des parents ou de tout autre individu, ils tombent sous la rigueur de la loi car le mariage forcé est interdit en Côte d’Ivoire.

En ce qui concerne les grossesses précoces, elle a appelé les parents à être rigueureux dans l’éducation des enfants, car ilsi sont confrontés à plusieurs phenoménes tels que la mauvaise utilisation des réseaux sociaux, la drogue, les mauvaises fréquentations.

Reine Kouamé a mis un accent particulier sur les mécanismes de saisine des tribunaux en cas de violation de la loi.
L’imam de la mosquée et le président de la commission des Droits de l’Homme présents à cette rencontre ont apprécié la pertinence des échanges. La secrétaire de la commission des Droits de l’Homme, a invité toutes les personnes victimes de violation de leurs droits a saisir automatiquement la commission pour les accompagner gratuitement.

Coulibaly Djeneba correspondante régionale du Hambol

Tags