Secteurs pétroliers et miniers : la société Yara, une référence nationale ! 

Secteurs pétroliers et miniers : la société Yara, une référence nationale !

Les travaux de la 9ème édition des journées pétrolières et minières ont été lancés ce matin à Bamako par le chef du gouvernement, le premier ministre Dr. Choguel Kokalla Maïga. La société Yara , évoluant dans les secteurs miniers et pétroliers, est un partenaire privilégié du JMP dans l’organisation de ces journées.
Yara, cette société nationale du Mali, évolue dans les secteurs d’hydrocarbures et des mines. Dans le domaine de l’hydrocarbure, elle est l’une des sociétés nationales qui font la fierté du Mali. Son leadership est d’ailleurs incontesté au niveau national. La preuve : elle et d’autres sociétés nationales sont assuré la relève lors de la dernière grève des multinationales.
Dans le domaine de la mine, la société Yara est en terrain connue. C’est ce qui a fait qu’elle a bénéficié de la confiance de plusieurs sociétés internationales dont Barrick. Le thème de cette année étant « Développement du contenu local : enjeux, perspectives et rôle de l’État », la société Yara mérite mieux d’être sollicitée par l’État malien et les Maliens. Elle est, selon Mohamed Keita, une société locale qui fournit du service de qualité aux Maliens. Tout ce que cette société perçoit est reversé au Mali.
Pour Mohamed Keita, Directeur des Mines de la Yara, cette société a été partenaire des JMP depuis très longtemps. Elle offre, dit-il, tous les services qu’on offre déjà aux Maliens à savoir son réseau de station-service et son activité minière. Quand on parle de la consommation locale dans le domaine des hydrocarbures et de la mine, on doit penser à la société Yara. « Le thème de cette année, c’est consommer local. Le ministre des Mines en a parlé, le Premier Ministre en a parlé, et ont peut pas dire autre chose que ces deux aujourd’hui », a précisé Mohamed Keita qui demandé aux Maliens de consommer local.
Il faut rappeler que la société Yara fait des stations d’hydrocarbures, et est présente sur les mines. « On fait des carburants parce qu’il y a plusieurs carburants : Ce que vous connaissez à Bamako et puis il y a d’autre carburants demandés par les mines. On fait également les lubrifiants. Ont fait toutes les qualités de lubrifiants aujourd’hui (moteur pour les motos, pour les grands engins sur les mines, pour les engins de forages) », a précisé Mohamed Keita
B. Guindo

Tags